At the mercy of Fate


2012

Summer 2012, in the eastern region of present-day Turkey. On the dusty roads of Anatolia we pass through sumptuous endless mountain landscapes. At the edge of isolated villages, we come to meet buildings from another time .Churches, chapels that are as much evidence of what the Armenian demography was until today in present-day Turkey. Left at the mercy of the time and dreamed targets of treasure hunters, it remains difficult to imagine how these buildings looked like when they were still worthy of being frequented. Worn by the wind, porous in time, listening to the sounds that could still escape from the stones.
Cupolas on the ground, cracks, these churches are today like bodies left after the battle. The desire to forget them has probably made the power of time act ...

Été 2012, dans la région de l’est de La Turquie actuelle. Sur les routes poussiéreuses d’Anatolie nous traversons de somptueux paysages de montagne sans fin. Aux abords de villages isolés, nous venons à la rencontre de bâtisses d’un autre temps. Des églises, des chapelles qui sont autant de témoignages de ce que fut la démographie arménienne jusqu’à aujourd’hui dans la Turquie actuelle. Laissées à la merci du temps et cibles rêvées des chercheurs de trésors, il reste difficile de s’imaginer ce à quoi pouvaient ressembler ces édifices lorsqu’ils étaient encore dignes d’être fréquentés. Traversés par le vent, poreux au temps, écoutant les sons qui pourraient encore s’échapper des pierres. Des coupoles à terre, des fissures, ces églises sont aujourd’hui comme des corps laissés après la bataille. La volonté de les oublier a vraisemblablement fait agir la puissance du temps...


© Maël G. Lagadec 2021 All rights reserved